Catégories
contributions

Résumé de la thèse

La thèse opère un retour sur une mission confiée par la présidence de la Métropole du Grand-Nancy sur les conditions de la vie démocratique à l’époque de la transformation numérique, dans un contexte de prospective des territoires. À partir de ce qui aurait pu être une consultation citoyenne classique, des Ateliers des possibles constitués d’une multiplicité d’acteurs locaux se sont répétés durant 5 ans et ont convaincu les principaux animateurs qu’une forme d’ingénierie des transformations s’était déployée durant cette expérience. La thèse interroge la possibilité de dégager de cette expérience, un mécanisme transformateur. Après la clôture des Ateliers des possibles, de nombreux participants sont demeurés impliqués dans la vie citoyenne locale et régionale en particulier à propos de leur conviction d’orientations transformatrices sur leurs pratiques professionnelle et citoyenne. À l’appui d’une archive documentaire, d’une étude du contexte institutionnel et d’une mise en perspective culturaliste avec l’histoire du territoire nancéien ainsi que d’une campagne d’entretiens semi-directifs, la thèse s’interroge sur le rôle des Ateliers des possibles dans un engagement citoyen renouvelé, marqué par un intérêt pour les politiques publiques et la prospective territoriale. Attachés au domaine des sciences de l’information et de la communication, l’appareil conceptuel et les méthodes d’analyse s’appuient aussi sur une littérature scientifique variée, en particulier la sociologie pragmatique, les sciences politiques et la philosophie politique. Pour décrire les processus interactionnels qui ont finalement produit, au dire des informateurs- acteurs des Ateliers des possibles, une transformation des attitudes et des valeurs vis-vis du bien commun et de la vie démocratique, la thèse propose la modélisation d’un système transformateur, inspiré de la cybernétique d’une part et de l’anthropologie d’autre part. Il s’agit en effet de différencier la recherche d’une étude ethnographique ou micro-historique, pour défendre l’hypothèse d’une transférabilité du modèle des Ateliers des possibles. Pour cela, il est important de rendre visible une mécanique de transformation, que la thèse propose de nommer ingénierie démocratique et qui pourrait se révéler adéquate pour aborder les problèmes publics en périodes de grande incertitude et de réinvention collective des modes de vie sur un territoire.

Catégories
contributions

Système transformateur citoyen : poursuite de la réflexion

Le système transformateur citoyen : un autre pouvoir d’agir

Le cas des ateliers des possibles de la Métropole du Grand Nancy 2015-2019

ISSN 3001-4387

Face aux crises multiples et successives de la démocratie participative sous les formes traditionnelles que nous observons depuis plusieurs dizaines d’années et sur lesquelles quantité de travaux ont été produits (Blondiaux, 1999, 2001 et 2008) (Bacqué, Rey, Sintomer, 2005), une question reste toujours d’actualité pour introduire, comme le souligne Jean-Luc Prades (Prades, 2015), de la proximité là où n’existe que de la distance et pour suppléer à l’absence de réponses aux questions que pose avec de plus en plus d’insistance la forme de la démocratie actuelle. Si la participation citoyenne semble trouver ses limites dans les contextes que nous lui connaissons, la question se pose quant aux possibilités de son dépassement. Dans ce cadre, peut-on considérer que par la construction de processus coopératifs culturels singuliers, un autre pouvoir d’agir pourrait, aux côtés de l’engagement militant, de l’adaptabilité performative, de l’éducation permanente, favoriser l’ouverture d’une voie vers de nouveaux liens, de nouveaux affects et de nouvelles actions ou, dit autrement, permettre la production de nouvelles capacités individuelles et collectives d’être et de faire ensemble ? Dans ces conditions, en quoi un processus participatif institutionnel peut-il renforcer ce pouvoir d’agir ou cette capacitation, contribuer volontairement ou non à modifier les rapports de force entre acteurs (Barnaud, 2013), favoriser la démocratie et les émancipations et questionner les modes d’administration territoriale de la participation ? En quoi cela peut-il constituer ce que nous nommons un système transformateur ?

Prenant appui sur ces questions qui forment plus généralement le cadre de nos travaux, l’article se propose de décrire et d’analyser quelques-uns des processus d’une expérience collective locale -les ateliers des possibles- développée au sein de la Métropole du Grand Nancy entre 2014 et 2019 en ce qu’ils ont constitué, selon nous, un système transformateur modélisable.

Nous décrirons à grands traits dans une première partie de l’article les modalités d’organisation de cette expérience des ateliers des possibles. Nous aborderons dans une seconde partie les cadres théoriques et les méthodes que nous avons mobilisés pour leur observation. Nous évoquerons dans une troisième partie quelques-unes des questions et hypothèses que cette expérience soulève à partir des résultats obtenus. Nous proposerons de prolonger dans la partie suivante la réflexion sur les enjeux de capacitation notamment autour de la notion de système transformateur en modélisant quelques-uns des processus à l’œuvre dans cette expérience. Enfin nous conclurons cet article sur quelques perspectives ouvertes par les récits que produit ce système transformateur en nous invitant à en débattre.

Introduction :

En guise d’introduction, nous évoquerons les deux environnements qui viennent structurer notre recherche : la prise en compte d’un vaste contexte de transformation technologique (numérisation de l’information) à l’œuvre depuis quelques décennies et qui transforme les conditions du pouvoir d’agir et la démocratie, mais aussi l’émergence de nouvelles conditions socio-politiques territoriales dans le cas très précis du passage à la métropolisation du Grand Nancy. Ces deux environnements orientent notre travail d’observation, de modélisation et d’analyse.

Des transformations technologiques majeures

Nous ne saurions faire l’impasse sur l’ampleur des transformations technologiques et culturelles qui résultent de l’arrivée de l’ordinateur, de l’Internet, des usages multiples des outils mobiles et connectés. Plus précisément, nous soulignons l’existence depuis quelques décennies d’un capitalisme culturel (Rifkin, 2005) comme système économique et politique porteur d’un potentiel relationnel qui rompt avec le modèle productiviste-consumériste des siècles passés dans la mesure où celui-ci reposait sur une opposition fonctionnelle entre ces deux instances. Ce capitalisme culturel a pour conséquences d’avoir accéléré les transformations des modes de vie, capté l’attention et le temps de conscience des individus et conduit ces technologies relationnelles à une automatisation grandissante des modalités d’échange et de flux au sein de la société. Cette société n’est plus seulement construite sur le contrôle d’une population à la façon dont Michel Foucault en décrivait la philosophie à travers le concept de biopouvoir par la discipline des corps et la régulation de la population assujettie aux processus économiques capitalistes (Foucault, 1976), mais par l’accélération d’un psychopouvoir comme contrôle et fabrication des motivations (Stiegler, 2008).

Le passage à la métropolisation du territoire observé

Le second environnement est la prise en compte de l’idée de territoire, et parmi les nombreuses définitions existantes, celle entendue comme ensemble complexe (Moine, 2006), mais aussi celle d’un espace où les processus informationnels et communicationnels qui s’y déploient sont à penser dans leurs dimensions catalysatrices des cultures territoriales (Masselot, 2017). Il en va de même lorsque nous définissons le territoire comme cheminements et manière de faire lien, comme milieu sensible au sein duquel nous interagissons et existons sans discontinuité (Ingold, 2013). Enfin, le territoire peut aussi se lire comme un ensemble d’évolutions juridiques et politiques par la constitution d’un espace politique singulier à travers la métropolisation (Jouve, 2005) et ses conséquences directes ou indirectes sur la participation citoyenne. Nous retiendrons plus particulièrement, dans le cadre de cet article, qu’au cours des dernières décennies (1980/2020), les collectivités territoriales ont été confrontées à des réformes et mutations juridiques et politiques majeures (Regourd, Carles & Guignard, 2012). Il en est ainsi des diverses étapes des Lois de Décentralisation, de celles relatives à l’aménagement et au développement durable (Voynet, 1999), de la Démocratie de Proximité (2002) ou de la Loi « MAPAM » qui, par leurs dispositions, ont transformé le rôle des acteurs publics dans leurs rapports aux habitants, le territoire étant reconnu à travers sa fonction fédératrice des acteurs locaux et des institutions.

Il faut ajouter le fait que nous avons occupé des fonctions d’encadrement au sein de la métropole grand-nancéienne durant la période étudiée au titre de directeur de la mission intelligences du territoire, part de notre objet de recherche, ce qui nous place en situation d’observateur observé avec le souci d’éviter de générer des résultats erronés à partir de méthodes biaisées.

Partie I : Les ateliers des possibles 2014-2019, Métropole du Grand Nancy : Une expérience singulière imaginée au sein de la mission « nouvelles intelligences du territoire »

L’objet de ces travaux est un dispositif dont nous évoquons ici les caractéristiques principales. En octobre 2013, le Grand Nancy alors Communauté Urbaine fait inscrire à son organigramme fonctionnel une mission intitulée, « nouvelles intelligences du territoire »[1]. Cette mission naît à la suite d’une longue séquence culturelle locale et régionale de près de quinze ans mise en œuvre autour des célébrations patrimoniales du centenaire de l’Art Nouveau, berceau artistique de l’École de Nancy, puis autour du Siècle des Lumières et enfin de la Renaissance qui a clos cette large période de politique locale centrée sur l’événementiel culturel.

Construite sur ce socle culturel, la mission fut chargée de porter attention au développement massif des usages numériques (applications, géolocalisations, réseaux sociaux) et autres dispositions à l’échelle locale : essor du Do It Yourself, mouvement des communs, plateformes d’intermédiation, fablabs, tiers lieux comme nouveaux espaces de socialisation dont l’activité pèse sur les représentations urbaines liées à l’innovation et sur les conditions de la démocratie. Dans le même temps, les nouvelles compétences dévolues aux acteurs publics les invitaient à faire émerger une autre conception du territoire et de l’action au regard des attentes citoyennes face à l’affaiblissement de la démocratie participative et représentative. Marquée par cette double injonction culturelle et politique qui précipitait sa naissance, cette mission fut alors identifiée au sein de l’institution intercommunale comme un outil transversal, chargée de contribuer à dégager le sens des transformations évoquées. Elle se situait hors des schémas et modèles classiques de fonctionnement de l’administration territoriale, presqu’inclassable, mise sous l’autorité de la direction des grands événements à sa création pour migrer vers la direction des partenariats métropolitains. C’était en tout cas la présentation qui en était faite[2] dans les organigrammes de l’administration de la collectivité entre 2014 et 2019.

C’est dans ce cadre administratif et politique que les ateliers des possibles virent le jour.

Les ateliers des possibles

Ces ateliers des possibles étaient ouverts dès le départ aux acteurs de la société civile dite métropolitaine, concept qu’il convient d’ailleurs de préciser car la société civile ne saurait constituer un état final déterminé ni quelque chose de définitivement acquis pour la collectivité humaine puisqu’elle ne serait jamais disponible que de manière précaire et aléatoire (Khilnani, 2001). Elle forme, malgré tout, un espace où l’aspiration à plus de civilité dans les relations sociales pourrait s’incarnerau regard des contestations et remises en cause des diverses légitimités (Havel, 1992). Ces ateliers accueillirent environ 130 personnes de l’agglomération nancéienne au cours d’une période s’étalant sur 5 ans.

Les objectifs généraux proposés par la mission aux ateliers des possibles étaient suffisamment larges pour que les participants privilégient plusieurs approches et expérimentations en lien avec leurs questionnements[3] : sur l’ensemble de la période étudiée, ils vont se saisir des rapports entre technologie et société, interroger les enjeux de l’humanisme numérique, questionner la gouvernementalité algorithmique, contribuer aux articulations entre communautés d’acteurs dans le but de territorialiser des projets culturels et faire œuvre commune. Ils vont surtout aborder les questions relatives au savoir, à la démocratie, à la vie citoyenne. Ils imaginent aussi des projets urbains qui font écho à leur situation sociale et à son dépassement par le développement de cultures participatives et l’innovation ouverte. Ce travail d’échanges et de réflexion individuelle et collective se fait petit à petit par la construction de ce qui leur est commun, sur ce qui les a fait se rencontrer et sur ce qui les a engagés ensemble.

La composition des ateliers

Ces personnes volontaires viennent principalement du monde des sciences et de la recherche, de la culture et des arts, de l’entreprise, du social, de la santé, de l’aménagement urbain, de l’éducation. Les ateliers s’enrichissent aussi de la présence d’agents de la collectivité (fonctionnaires des pôles culture, grands événements et sports, relations internationales, développement économique, services informatiques, chauffage urbain et urbanisme…). Les 45 premiers participants et participantes ont été identifiés à partir d’un répertoire établi par la mission intelligences du territoire qui indique qu’ils ou elles ont pris part, de près ou de loin, aux grands événements culturels évoqués plus haut. Ils y ont participé en tant qu’artistes, chercheurs, enseignants, entrepreneurs, agents publics, responsables associatifs, salariés divers. C’est donc sur la base d’un référentiel culturel commun à ces personnes, lié à leur investissement dans ces manifestations, que cette invitation leur a été adressée. Si les premiers ateliers partagent cette expérience culturelle, les ateliers des années suivantes sont constitués sur la base d’une cooptation faite par chacun des participants auprès d’une population plus large qui excède l’expérience culturelle fondatrice. La diversité des personnes alors rassemblées, année par année ou plus exactement saison par saison[4] vient compléter les premières compositions des ateliers. L’origine sociologique des participants évolue également faisant place à des personnes venant d’entreprises de services, de la restauration, de la formation, de la prévention, du design, de l’architecture ou sans emploi.

Le mode de fonctionnement

Les ateliers des possibles sont constitués en groupes d’une quinzaine de participants qui résident et/ou travaillent sur le territoire métropolitain. Ceux-ci se rencontrent régulièrement autour de sujets précédemment évoqués, toutes les six à huit semaines environ, sur une demi-journée en semaine ce qui constitue pour chacune d’entre elles un effort financier et de disponibilité (la quasi-totalité travaille en journée). Ces rencontres se déroulent dans différents lieux de la métropole grand nancéienne : la tour panoramique, la station d’épuration, le stade de football, la piscine thermale, le conservatoire, les musées, le Lorraine Fab Living Lab, la médiathèque, l’hippodrome, le théâtre, l’université et bien d’autres sites encore, dépendants ou en liens direct ou indirect avec l’institution communautaire. La mise en scène du cadre des rencontres par la mission accélère les représentations que les participants ont du territoire – perçu non plus sous l’angle de son périmètre administratif mais sous celui, plus sensible, d’une géographie à vivre. Cet arpentage territorial, le rythme régulier des rencontres et les très nombreuses méthodes itératives ou agiles mobilisées par l’équipe de la mission, en référence à l’organisation des développeurs de logiciels libres qui produisent leurs dispositifs en soutenant une collaboration « brique par brique », autorisent les rebondissements, les revirements de situation, les accidents, les ajustements pour finalement favoriser la confiance entre participants.

D’un point de vue pratique, le temps de parole et les modalités de la rencontre se font par une règle du jeu adoptée collectivement en début de séance autour de quelques principes élémentaires de fonctionnement : l’écoute attentive des uns et des autres, le respect du temps de parole, l’acceptation des contradictions. Se succèdent alors diverses modalités de conversation qui encouragent la conversation constructive, les jeux coopératifs, les ateliers d’écriture et d’imagination (exemples le débat mouvant, le brise-glace, les scénarii, etc…). De même, lorsque des décisions doivent être prise au sein des ateliers des possibles, c’est à partir de la gestion par consentement[5], que l’expérience va se développer. En l’espèce, chacun a la possibilité de prendre part ou non à la discussion sans entraver la décision. À partir d’une proposition, chacun peut, à tour de rôle, valider ou faire une objection qui donne lieu à des amendements à la décision, jusqu’à son adoption par le groupe, s’il n’y a plus d’objection. Cette procédure permet de considérer une décision comme le fruit d’une élaboration collective. En levant une à une les objections, chacun est conduit à prendre sa responsabilité (d’objecter et de proposer des améliorations), et non plus à accepter, sous l’effet de la masse, une décision qui ne lui convient pas.

À intervalle régulier, une ou deux fois par an, vient s’ajouter une rencontre entre l’exécutif politique et administratif de la métropole et les participants (es) sur le rôle de ces ateliers, la liberté de ton et d’expressions et l’absence de hiérarchie qui les caractérisent, leur production, leur place disputée et discutée au sein ou en dehors de la collectivité. C’est alors l’occasion pour bon nombre de participants de questionner, à partir de leurs expériences, la place de la citoyenneté et ses exigences au regard des enjeux démocratiques pour produire des connaissances potentiellement généralisables et à la collectivité de se saisir de cette expérience pour questionner ses modes d’administration de la participation.

Les ateliers comme communauté de production culturelle

À l’occasion du passage au statut de métropole, les ateliers des possibles vont concevoir, construire et animer des événements culturels autour des concepts d’humanisme numérique[6], de capacitation citoyenne ou d’empowerment. Ils vont rassembler plusieurs centaines de citoyens et citoyennes de la métropole (élus, agents des collectivités, société civile) autour de ces sujets[7]. Dans la foulée de ces manifestations, leur travail collectif se portera aussi sur la construction du futur projet métropolitain non sans qu’émergent des contradictions ou des oppositions au sein des ateliers. Nous reviendrons plus loin sur cet aspect qui souligne une des propriétés centrales du système transformateur à savoir sa capacité à soutenir les controverses.

Partie 2. Cadre théorique et méthodologique

Si notre travail se situe dans le champ des sciences de l’information et de la communication, il intègre aussi les apports des sciences politiques, de la sociologie et des sciences cognitives dans l’analyse des discours, des contenus et des manières d’agir des participants aux ateliers des possibles. Les cadres interprétatifs que nous avons mobilisés sont ceux issus de la philosophie pragmatiste de John Dewey. Les ateliers se décrivent ainsi comme un lieu de construction collective de savoirs où la participation fait écho ici au terme éthique et politique d’expérimentation chez Dewey[8]. Nous nous appuyons également sur les méthodes ethnographiques en anthropologie caractérisées par leur approche inductive favorisant l’observation participante (Olivier de Sardan, 2008) et la description culturelle saisie dans l’expérience sensible des parcours individuels des participants. Nous nous saisissons également des notions d’objet-frontière (Star et Griesemer, 1989) par la prise en compte de toutes sortes d’artefacts : répertoires, classifications, représentations matérialisées (cartes, dessins), méthodes non standardisées mais aussi et surtout par la notion de flexibilité interprétative comme support de traductions hétérogènes, comme dispositif d’intégration des savoirs, comme médiation dans les processus de coordination d’experts et non-experts (Trompette, Vinck, 2009). À cette mobilisation théorique pour compléter l’analyse de ce que disent les participants de cette expérience, il nous semble tout aussi utile de préciser que nous nous saisissons également des apports des interactionnistes symboliques considérant que l’interprétation de cette expérience découle des processus dynamiques d’interaction inter-individuelle (Strauss, 1992) (Becker,1985). Enfin, nous ne saurions faire l’impasse sur les contributions liées à l’improvisation associée à la métaphore du bricolage (Ciborra 1996, Weick 1998) et notamment sur la fragilité des modalités de la construction des savoirs, des formes sensibles et de sollicitude des rapports inter-individuels, la production et l’élaboration d’histoires communes ou l’agitation fictionnelle dans la construction du pouvoir d’agir.

Sur le plan méthodologique, nous avons privilégié la théorie dite ancrée (Glaser, Strauss, 1967) où pour reprendre ce qu’en dit Pierre Paillé[9], une recherche qui consiste à dégager le sens d’un événement, …afin de lier dans un schéma explicatif divers éléments d’une situation, pour renouveler la compréhension d’un phénomène en le mettant différemment en lumière… Il s’agit de fait de construire une hypothèse, non pas à partir de concepts prédéterminés, mais à partir d’informations ou de données issues du terrain que l’on interprète et que l’on transforme inévitablement lors de l’enquête.

Dans ce cas précis, nous avons procédé à des entretiens individuels auprès de 89 membres des ateliers, quatre entretiens avec l’administration métropolitaine (DG, DGA, Dir Com), deux avec le cabinet politique de la métropole, et deux entretiens avec les élus en charge du projet métropolitain (Président et Vice-Présidente). Ces entretiens ont été complétés par deux séminaires avec une quinzaine d’agents de la métropole, anciens participants aux ateliers et avec une quinzaine d’acteurs culturels en France ayant accompagné pour partie cette expérience. Les résultats de ces séances ont permis de décrire et analyser les parcours au sein des ateliers des possibles. Nous avons ensuite procédé à un codage descriptif pour rendre compte des paradoxes, des concordances et plus généralement des liens qui se sont révélés et qui ont permis dans un second temps leur codage thématique. C’est à partir de ces éléments que nous avons pu construire notre raisonnement.

Partie 3 : des questions et hypothèses – Le pouvoir d’agir au centre de notre analyse.

Les participants aux ateliers des possibles font le constat que les crises successives de la démocratie représentative, l’accélération de la transition numérique et l’émergence du fait métropolitain les conduisent à se poser deux questions : comment comprendre la complexité des transitions en cours ? comment participer à l’élaboration d’un savoir commun susceptible d’être réinvesti localement ? La diversité des participants et le foisonnement intellectuel conduisent à des échanges souvent contradictoires sur les questions soulevées mais aussi à considérer que la conséquence de leur rencontre, dans les conditions telles qu’elles sont, doit permettre l’émergence d’un autre pouvoir d’agir à hauteur de chacun. Cependant, même si l’expérience professionnelle ou culturelle de chaque participant est riche, leur réunion ne constitue pas mécaniquement un ensemble suffisant pour créer les conditions d’une énonciation objective des réalités pour agir. Cependant, par la construction au sein des ateliers des possibles d’une dynamique relationnelle qui fait place à l’intelligence émotionnelle et sociale, accepte l’incertitude quant aux finalités recherchées, soutient l’improvisation et la créativité, une coopération s’accélère entre les participants pour former un espace capacitant qui favorise leur interprétation du sens des transformations à l’œuvre. Cette interprétation est le résultat d’un choix individuel et collectif. Celui-ci interroge en retour la dimension socialement construite de l’information et son influence sur cette dynamique. On retrouve pour une part une démarche semblable dans les travaux menés par D. Lapostolle sur l’ingénierie territoriale comme opérateur de capacitation territoriale[10].

En fait, la singularité de l’expérience nancéienne se définit par le fait que si chaque participant tient le territoire comme espace qu’il a en commun, il s’engage à en décrire la réalité à partir d’un travail d’objectivation qui doit le conduire à l’élaboration d’un savoir commun pour agir. Les ateliers des possibles sont le lieu et le moment où la réflexion et l’imagination des participants sont mobilisées simultanément dans une relation vivante à cette transformation culturelle. Il s’agit là d’un processus d’expérimentation cognitive (Dewey parlerait d’enquête) qui s’ouvre dans le même temps aux connaissances scientifiques mais aussi aux savoirs ordinaires et locaux ; processus qui s’appuie sur une méthode non stabilisée, non standardisée et que les participants imaginent selon la réalité mouvante de la situation. En fait, l’expérience semble pousser chacun à s’approprier socialement et culturellement les informations qui trament ces réalités culturelles et politiques à partir d’une quête sur le sens des transformations à l’œuvre. On bricole, on tâtonne, on invente des pistes pour imaginer et raconter. Le système transformateur se dessine. Le pouvoir d’agir se construit.

Sur la notion du pouvoir d’agir 

Pour autant, la difficulté à poser des mots justes sur l’expérience oblige à un travail de décryptage et de questions préalables qui passe par une définition des mots employés. Pouvoir d’agir, capacitation ou empowerment recouvrent des réalités historiques et sémantiques parfois contradictoires allant du discours militant face aux injustices et oppressions de genre (combats des mouvements féministes de la seconde moitié du XXème siècle), à l’expression d’une émancipation sociale et culturelle jusqu’aux manières de s’adapter aux évolutions du système capitaliste avec pour visée une volonté de trouver, par cette capacitation ou cet empowerment, des conditions d’adaptabilité aux exigences néolibérales dans lesquelles elles prennent place (Bacqué, Biewener, 2015). Si l’empowerment est lié aux contextes temporels, géographiques et historiques, il peut toutefois s’interpréter à partir d’un ensemble de pratiques guidées par la recherche d’un processus d’autonomisation des publics par la transformation des relations entre ceux-ci et les acteurs professionnels, dispositifs ou instituions qui les encadrent[11]. Bacqué et Biewener décrivent trois idéaux-types d’empowerment : le modèle radical dont l’objectif d’émancipation individuelle et collective débouche sur un projet de transformation sociale qui (…) repose sur une remise en cause du système capitaliste[12]. L’un des exemples à observer est celui des théories de transformation sociale de Paulo Freire dont les enjeux sont la reconnaissance des groupes pour mettre fin à leur stigmatisation, l’autodétermination, la redistribution des ressources et les droits politiques (Freire, 1968). Le second idéal-type est le modèle libéral : il renvoie à la liberté des individus dans un contexte d’économie mixte dans lequel l’intervention publique est jugée nécessaire pour contrebalancer certains effets négatifs de l’économie de marché capitaliste. Le troisième idéal-type est le modèle néo-libéral : pour gérer les inégalités et la pauvreté, il s’agit d’inviter les individus à prendre des décisions rationnelles dans un contexte d’économie de marché. Cette mise en avant de la rationnalité dans les décisions individuelles fait écho à l’extension et la dissémination des valeurs du marché à la politique sociale et à toutes les institutions (Dardot, Laval, 2014). 

Deux autres approches éclairent également cette notion polysémique du pouvoir d’agir : tout d’abord celle de Yann Le Bossé[13] où le pouvoir d’agir est lié à un processus caractérisé par l’exercice d’une plus grande maîtrise sur l’atteinte d’objectifs importants pour une personne, une organisation ou une communauté (en référence à Rappaport, 1987).

La seconde approche du pouvoir d’agir peut être entendue à partir de l’activation de la dimension conflictuelle de la citoyenneté, de développer des formes de contre-pouvoir en démocratie, (Rosanvallon, 2006), ou encore l’approche émancipatrice des mouvements d’éducation populaire des années 1970. Le pouvoir d’agir fait évidemment écho au développement plus récent de multiples initiatives « citoyennes » (comités de quartier, conseil de développement durable, collectif d’habitants, etc…) qui peuvent être comprises comme des formes de développement de la démocratie et par ricochet du pouvoir d’agir individuel et collectif, même si d’autres considèrent que ce pouvoir d’agir n’a de sens que s’il est suivi de transformations véritables (Crépon, Stiegler, 2007).

Cependant, à travers l’expérience des ateliers des possibles, cette critique du pouvoir d’agir, semble se structurer autour d’une autre voie qui ouvre une alternative à l’engagement militant classique face à la disparition progressive et objective des corps intermédiaires, s’oppose au solutionnisme technologique (Morozov, 2014) comme réponse aux incertitudes et s’émancipe du discours des contre-pouvoirs souvent instrumentalisés à la suite de conflits entre mouvements sociaux et dispositifs participatifs institutionnalisés, pour faire exister une parole critique dans l’espace public. Cette voie ouvre de nouvelles capacités générées par un système transformateur dont la propriété principale est de permettre des réagencements sensibles d’être ensemble, de coopérer et d’agir en intelligence.

Partie 4 : Pouvoir d’agir et système transformateur : esquisse d’une modélisation

Si l’analyse du système transformateur passe par une compréhension des modalités de construction du pouvoir d’agir, le système apparait comme un ensemble robuste. Un système robuste est un système conçu pour résister aux perturbations afin de continuer à assurer ses services et/ou missions. Sur la base des éléments précédents et de cette approche systémique, le schéma va permettre d’éclairer les différents composants d’un tel système transformateur robuste.

Figure 1. modélisation du système transformateur

La robustesse du système tient compte d’ajustements sensibles entre les parties du système :

  • Un contexte général qui forme le cadre de l’expérience.
  • Des finalités visées par l’expérience. Ces finalités sont, aux côtés des raisons d’être du système, des objectifs que l’on cherche à atteindre (input).
  • Cinq variables déterminent l’état du système et vont « coder » les processus de transformations nécessaires aux conditions du pouvoir d’agir.
  • Ces processus de transformation observés à Nancy, sans les détailler ici, portent, par exemple, sur le partage des ressources ou sur le rééquilibrage des conflits de légitimité entre attributs et processus ou encore sur l’intégration des oppositions structurantes. Ils vont permettre l’élaboration collective du récit (le pouvoir d’agir) dont le renouvellement s’opère à travers des instances de légitimation (output).
  • Celles-ci sont de différentes natures : elles peuvent être politiques, institutionnelles, culturelles ou éducatives en fonction des milieux et des agencements dans lesquels ce pouvoir d’agir cherchera à s’exprimer.
  • À la suite de cette étape, la mesure de l’écart peut s’opérer entre les finalités visées et les résultats obtenus. Le système corrige ses écarts pour permettre des formes de « réajustement » du récit (ainsi renouvelé) face aux a priori technocratiques ou aux logiques prédictives qui rigidifient les futurs possibles. Le nouveau pouvoir d’agir devient alors transformateur.

Si l’ambition du système transformateur est d’offrir de nouvelles capacités individuelles et collectives d’agir en intelligence, les premiers résultats obtenus montrent le développement de savoirs, d’affects et de liens qui révèlent que l’adaptation et la facilitation sont des dispositions corrélées à ce que le transformateur produit. L’expérience cognitive vécue au sein des ateliers, bien qu’elle soit spécifique, acquiert d’emblée certaines caractéristiques générales de l’expérience démocratique notamment à travers ses fonctions d’adaptation et de transformation (Dewey, 1939). C’est ce que nous observons et formalisons dans le schéma suivant : les ateliers des possibles sont entendus comme un organisme s’ajustant à son environnement qui se transforme plus ou moins fortement et transforme en retour cet organisme par une série de processus adaptatifs :

Figure 2. le système transformateur : les conditions de l’ajustement

Ces adaptations et transformations réciproques s’inscrivent aussi dans une perspective plus large qui cherche à garantir l’équilibre des échanges entre le système et son environnement. Cet équilibre s’obtient par intériorisation des relations sociales dans la conscience des individus participants, (en agissant cette fois-ci sur l’apprentissage et la coopération), et par une exploration progressive des potentiels de la socialité (en acceptant l’incertitude et en soutenant l’expérimentation). On passe alors d’une situation qui semble indéterminée à une situation problématisée qui permet aux participants de partager une analyse de ce qu’il faut ou faudrait faire en conscience ou en responsabilité.

Partie 5 : Conclusions et perspectives

Le concept de système transformateur a pour ambition de contribuer à une compréhension renouvelée de la participation citoyenne. Il s’agit d’étudier ce qui est mis en partage par l’examen du pouvoir d’agir comme expérience. Cette expérience fait de la démocratie une méthode et non pas un idéal politique abstrait, conjoncturel ou inatteignable mais un idéal dont la fonction est d’inviter à des ajustements avec le réel tout en adaptant celui-ci aux besoins nécessaires (Zask, 2015). C’est à partir de là que les ateliers des possibles apparaissent comme une expérience de socialisation et de transformation révélatrice des rapports entre individuation et socialisation en ce qu’ils ont dépassé les objectifs premiers qu’ils s’étaient donnés pour ouvrir des espaces d’interaction ou de transaction entre des formes en apparence antagonique : l’individu et le collectif ou le citoyen et la collectivité élue. Cependant deux réflexions restent ouvertes qui influent sur le système transformateur.

La première porte sur les évolutions juridiques et institutionnelles qui interfèrent sur les conditions de la participation et son organisation en particulier à travers le prisme de la conformité à l’idéal démocratique. Si l’Administration tend à être conçue comme le support et le vecteur d’une démocratie rénovée, la « démocratie administrative » impliquerait la consécration de droits nouveaux en faveur des administrés, en les associant pleinement aux processus administratifs, dans le cadre de mécanismes de délibération et de participation (Chevalier, 2011). Or ces mécanismes ne sont pas sans conséquence sur le pouvoir d’agir citoyen et sur la constitution du système transformateur, ne serait-ce qu’à partir des conditions attachées à l’exercice de la souveraineté locale et sa reconnaissance lorsque celle-ci se fait au suffrage universel indirect.

La seconde porte sur le rôle des outils numériques favorisant un nouvel investissement dans les pratiques culturelles autour de l’idée d’échanges ouverts de pair à pair. Mais cette situation est due à l’acceptation quasi spontanée de celles et ceux qui se trouvent impliqués dans ces processus de mise en commun des modalités de coopération par une culture préexistante du partage des ressources et l’émergence d’un « devenir auteur[14] » formant de nouvelles conditions à l’expression démocratique. Cette révolution des façons de penser aux façons de faire n’est pas anodine : elle fait état d’une porosité des frontières entre tous ceux qui entrent dans la fabrication des contenus et des process quels qu’ils soient, non plus seulement comme lieu d’échange entre consommateurs et producteurs de données vers un système faussement équitable dans sa redistribution, mais davantage comme un entre-deux (Foucart, 2016).

Enfin, une des questions que soulève le système transformateur citoyen ne serait-elle pas de considérer que la transformation ne prend véritablement sens que si celle-ci permet la réplication de nouvelles expériences de transformation ou dit autrement que le pouvoir d’agir qui s’y construit s’inscrit dans une continuité ?

Bibliographie

Bacqué Marie-Hélène, Henri Rey, Yves Sintomer.,. Introduction. La démocratie participative, un nouveau paradigme de l’action publique ? Gestion de proximité et démocratie participative. Une perspective comparative. La Découverte, 2005, pp. 9-46.

Bacqué Marie-Hélène, Biewener Carole., L’empowerment, une pratique émancipatrice ? Éditions la Découverte, 2015

Barnaud Cécile., La participation, une légitimité en question in Natures Sciences Sociétés 21, 24-34 © NSS-Dialogues, EDP Sciences 2013

Becker Howard., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Métailié, Paris, 1985 (éd. originale 1963)

Blondiaux Loïc., Représenter, délibérer ou gouverner ? Les assises politiques fragiles de la démocratie participative de quartier. in CRAPS/CURAPP, La démocratie locale. Représentation, participation et espace public, Paris : PUF, 1999, p.367-404.

Blondiaux Loïc., Démocratie locale et participation citoyenne : la promesse et le piège La Découverte | « Mouvements » 2001/5 no18 | pages 44 à 51

Blondiaux Loïc., Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Seuil, coll. La république des idées, 2008, 109 p.

Blondiaux Loïc., La démocratie participative : une réalité mouvante et un mouvement résistible, Parole d’expert, in Vie Publique 26/03/2021

Chevallier Jacques., De l’administration démocratique à la démocratie administrative, Revue française d’administration publique, vol. 137-138, no. 1-2, 2011, pp. 217-227.

Ciborra Claudio., The Labyrinths of information: challenging the wisdom of systems, Oxford University Press, Oxford, 1996.

Crépon Marc, Stiegler Bernard., De la démocratie participative, Éditions Mille et une nuits, 2007

Dardot Pierre, Laval Christian., La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

Dewey John., L’École et la société, The School and Society, 1900, Traduction partielle dans L’Éducation, juin 1909 et décembre 1912.

Dewey John., Creative democracy: the task before us, 1939, Later works (1925-1953) Éditions Boydston J.A., Carbondale, Southern Illinois University Press, 1983

Dewey John., Le Public et ses problèmes, traduction Joëlle Zask, Gallimard, coll. “Folio Essais” 2010.

Foucart Jean., Fluidité sociale et conceptualisations de l’entre-deux, systèmes semi-chaotiques, réseaux et transactions sociales, Éditions Persée, 2016

Foucault Michel., La volonté de savoir, droit de mort et pouvoir sur la vie dans Histoire de la sexualité, chapitre 5, Gallimard, 1976

Freire Paulo., La Pédagogie des opprimés, Marseille, Agone, coll. « Contre-feux », 2021, 298 p., préface d’Irène Pereira, traduit du portugais par Élodie Dupau et Melenn Kerhoas, 1re éd. 1968

Glaser Barney, Strauss Anselm., The Discovery of Grounded Theory: Strategies for Qualitative Research. Chicago: Aldine de Gruyter, 1967

Havel Vaclav., Politique, morale et civilité in Méditations d’été, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1992.

Ingold Tim., Marcher avec les dragons, Éditions du Sueil, 2013

Jouve Bernard., La démocratie en métropoles : gouvernance, participation et citoyenneté, Presses de Sciences Po | « Revue française de science politique » 2005/2 Vol. 55 | pages 317 à 337

Khilnani Sunil., La société civile, une résurgence, Critique internationale, vol. no 10, no. 1, 2001, pp. 38-50.

Latour, Bruno., Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris : La Découverte, 1988.

Masselot Cyril., Temps, culture et communication au prisme de l’Intelligence Territoriale. Les Cahiers de la SFSIC, Société française des sciences de l’information et de la communication, 2017, pp. 51 à 61. halshs-01520746

Moine Alexandre., Le territoire comme un système complexe : un concept opératoire pour l’aménagement et la géographie, L’Espace géographique, vol. 35, no. 2, 2006, pp. 115-132.

Morozov Evgeny., Pour tout résoudre, cliquez ici : l’aberration du solutionnisme technologique. Fyp éditions. 2014

Olivier de Sardan Jean-Pierre., La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique. Louvain-La-Neuve : Bruylant-Academia, (2008).

Paillé Pierre., L’analyse par théorisation ancrée. Cahiers de recherche sociologique, (23), 147–181, 1994.

Prades Jean-Luc., L’imagination participative, Empowerment, pouvoir d’agir et actepouvoir, Sciences & Actions Sociales, vol. 2, no. 2, 2015, pp. 198-216.

Rappaport J., Terms of empowerment/exemplars of prevention: toward a theory for community psychology. American journal of Community psychology, 1987, 15-2, pp. 121-145.

Regourd Serge, Carles Joseph, Guignard Didier., Réformes et mutations des collectivités territoriales, Éditions L’Harmattan, 2012

Rifkin Jeremy., L’âge de l’accès, La nouvelle culture du capitalisme, La Découverte Poche / Essais n°205, 2005

Rosanvallon Pierre., La contre-démocratie, la politique à l’âge de la défiance. Paris, Seuil, 2006,

Star Susan Leigh., Griesemer Jim., Institutionnal ecology, ‘Translations, and Boundary objects: amateurs and professionals on Berkeley’s museum of vertrebate zoologie, Social Studies of Science, 19(3): 387-420. (1989)

Stiegler Bernard., Économie de l’hypermatérialité et psychopouvoir, Éditions Mille et une nuits, 2008

Stiegler Bernard., Industrie relationnelle et économie de la contribution, in Le design de nos existences à l’époque de l’innovation ascendante, Entretiens du nouveau monde industriel sous la direction de Bernard Stiegler, Essai Mille et une nuits, IRI, 2008

Strauss Anselm (dir.)., La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan, 1992.

Trompette Pascale, Vinck Dominique., Retour sur la notion d’objet-frontière, Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3,1, no. 1, 2009, pp. 5-27.

Weick Karl. E., Improvisation as a mindset for organizational analysis, Organization Science, vol. 9, n° 5, 1998, p. 543-555.

Weissberg Jean-Louis., Présences à distance : Pourquoi nous ne croyons plus dans la télévision ? Éditions L’Harmattan, 1999

Zask Joëlle., Introduction à John Dewey, Éditions de la Découverte, collection Repères, 2015


[1]https://www.grandnancy.eu/fileadmin/fichiers/LA_METROPOLE/Organisation_administrative/2018_04_Organigramme_MGN__01.pdf

[2] Site officiel de Métropole du Grand Nancy, octobre 2014

[3] On retrouvera dans la « gazette des possibles » de la métropole du Grand Nancy 2015/2016, les récits de ces ateliers.

[4] C’est ainsi que se nomment les participants aux ateliers : saison 1, saison 2, saison 3…

[5] À partir des savoirs et expériences développées par l’Office, opérateur artistique et culturel à Marseille, qui a été associé au travail des ateliers des possibles entre 2015 et 2018

[6] En référence aux travaux de Milad Doueihi (2011)

[7] Les « moments d’invention » in futurs possibles, gazette des possibles de la métropole du Grand Nancy 2016

[8] Zask, Joëlle.,Introduction à John Dewey, Éditions de la Découverte, collection Repères, 2015

[9] Paillé, Pierre., L’analyse par théorisation ancrée. Cahiers de recherche sociologique, (23), 147–181, 1994.

[10] Lapostolle Dany., L’ingénierie territoriale comme opérateur de capacitation territoriale : Pour une prise en compte de l’expérience des publics dans la territorialisation de la transition écologique. Géographie. Université Grenoble Alpes, 2021.

[11] Notamment dans le champ social, Bacqué, Biewener, op, cit, 2015

[12] Bacqué, Marie-Hélène, et Carole Biewener. « L’empowerment, un nouveau vocabulaire pour parler de participation ? », Idées économiques et sociales, vol. 173, no. 3, 2013, pp. 25-32.

[13] Vallerie, Bernard, et Yann Le Bossé. « Le développement du pouvoir d’agir (empowerment) des personnes et des collectivités : de son expérimentation à son enseignement », Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 39, no. 3, 2006, pp. 87-100.

[14] Pour reprendre le mot d’Emmanuel Vergès, co-directeur de l’observatoire des politiques culturelles-Grenoble à partir du travail de Weissberg Jean-Louis, Présences à distance — Pourquoi nous ne croyons plus dans la télévision ? Éditions L’Harmattan, 1999

Catégories
contributions

Poursuite de la réflexion sur le système transformateur citoyen

Juste pour préciser un peu plus

Le pouvoir d’agir citoyen comme innovation territoriale[1] est un enjeu des politiques publiques[2] en particulier dans le contexte de transformation de l’action publique (métropolisation) et des défis auxquels la démocratie est confrontée. Inséparable de la question du territoire qui mobilise plusieurs définitions, analyses et représentations aussi bien géographiques, anthropologique, juridiques, urbanistiques que sociales (Supiot, 2008, Paquot, 2011), ou de la transition numérique (Cohen, Nowakowski, 2020), la place et la capacité du citoyen sont indissociables de l’idée de gouvernance qui semble prise en tenaille entre globalisation et localisation (Courmont, Le Galès, 2019). Elles sont aussi inséparables des volontés de changements exprimées par les individus ou les organisations militantes à travers différents mouvements sociaux (Sillard, 2019).

Qu’il s’agisse de relations entre économie et territoire (Laperche, Uzunidis, 2011) ou de protocoles visant à optimiser la gestion locale, d’ingénierie ou d’intelligence territoriale, de démocratie participative augmentée électroniquement (Mabi, Theviot, 2014), de ville intelligente ou de design des politiques publiques (Jacob, Desage, 2015), la capacité d’agir du citoyen est souvent tributaire de l’action d’acteurs qui influent sur les procédures et les instruments qui composent l’histoire sociale de la participation publique (Payre, Vanneuville, 2003). Ces « ingénieurs » de la participation (consultants, experts, fonctionnaires spécialisés) occupent habituellement le centre des processus de formalisation et de circulation de cette ingénierie participative.

Dès lors, les rapports entre participation citoyenne, territoire et capacités transformatrices peuvent-ils s’exprimer par des stratégies plus subtiles où la citoyenneté se mêlerait de manière bien plus intime à de nouveaux lieux de fabrication de connaissances afin de produire des récits inédits et transformateurs loin du formalisme participatif et des dispositifs d’automatisation ou plus simplement des démarches d’ingénierie territoriale ?

Et pour préciser un peu plus, en quoi une expérience collective locale, les ateliers des possibles, située au sein de la Métropole du Grand Nancy entre 2014 et 2019 a-t-elle constitué ce que nous appelons un système transformateur ? Un système apte à révéler de nouvelles capacités transformatrices autour d’expériences mobilisant des processus tels que l’intuition, l’intelligence émotionnelle ou l’imagination pour tisser et nouer les liens d’une autre sociabilité culturelle et politique (Ingold, 2013, Tsing, 2017), et ainsi offrir la possibilité de débattre des perspectives qu’ouvre celui-ci dans la compréhension des processus à l’œuvre dans la transformation du pouvoir d’agir citoyen sur un territoire.


[1] L’innovation au pouvoir : pour une action publique réinventée au service des territoires : Rapport d’Akim Oural au secrétariat général de modernisation de l’action publique, 2015 https://www.modernisation.gouv.fr/sites/default/files/fichiers-attaches/innovation_territoriale-rapport-2015-04.pdf

[2] https://www.vie-publique.fr/rapport/276060-conduire-et-partager-l-evaluation-des-politiques-publiques-etude-2020

Bibliographie

Cohen Bruno, Nowakowski Samuel., Demain est-il ailleurs, Odyssée urbaine autour de la transition numérique, FYP Éditions, 2020.

Courmont Antoine, Le Galès Patrick., Gouverner la ville numérique, Presses Universitaires de France, 2019

Ingold, Tim., Marcher avec les dragons, Zones sensibles éditions, 2013

Jacob Louis, Desage Fabien., Présentation : les aménagements de la participation : design, innovation et controverses socio spatiales. Lien social et Politiques, (73), 3–12, 2015

Laperche Blandine, Dimitri Uzunidis, Crise, innovation et renouveau des territoires : dépendance de sentier et trajectoires d’évolution, Innovations, vol. 35, no. 2, pp. 159-182, 2011.

Mabi Clément, Theviot Anaïs., Présentation du dossier. S’engager sur Internet. Mobilisations et pratiques politiques, Politiques de communication, vol. 3, no. 2, pp. 5-24. 2014.

Paquot, Thierry., Qu’est-ce qu’un « territoire » ? Vie sociale 2011/2 (N° 2), p23 à 32

Payre Renaud, Vanneuville Rachel., Les habits savants du politique, des mises en forme savante du politique à la formation de sciences de gouvernement, Revue française de science politique 2003/2 (Vol. 53), p195-200

Sillard, Blandine., Quelle initiative citoyenne pour quelle transformation sociale ? Analyse comparative de deux démarches d’accompagnement de projets solidaires, Nouvelle revue de psychosociologie 2019/2 (N° 28), p179- 191

Supiot, Alain., L’inscription territoriale des Lois, Esprit, vol. novembre, no. 11, p151-170, 2008.

Tsing Lowenhaupt, Anna., Le champignon de la fin du monde, Éditions La Découverte, 2017

Catégories
contributions

contribution supplémentaire à la recherche doctorale

Bruno Cohen /28 novembre 2021

Nous cherchons à observer et à analyser une expérience d’idéation (les ateliers des possibles) composée autour de l’interprétation des enjeux politiques et culturels du numérique entre 2014 et 2018 à Nancy.

Ce que nous cherchons à identifier et à comprendre est ce qui s’est construit ou noué dans ce cadre expérimental. Quels sens ont été donnés par les participants à cette expérience, non seulement sur ce qui pourraient relever des enjeux humanistes du numérique mais aussi sur cette expérience en elle-même. De même, nous nous proposons d’observer quelles ont été les enchevêtrements ou modalités d’échanges qui se sont ou ont été déployées entre les différents protagonistes de l’expérience. Protagonistes d’ailleurs plus ou moins proches ou distants au regard de l’expérience en fonction de leur position tenue ou attribuée dans l’espace public. Dans le même temps nous souhaitons analyser, le ou les rôles que nous avons pu y tenir, y jouer même, ou qui nous ont été attribués par défaut ou en raison.

L’expérience aujourd’hui n’est plus.

Nous sommes donc face à une expérience dont il ne reste que des traces dispersées et fragmentées (des textes, des articles, des archives) et quelques dizaines de témoins qui peuvent éventuellement en parler en faisant appel à leur mémoire. Voilà donc un objet local, singulier, un lieu média, un territoire comme construit social, et nous employons à dessein ce mot territoire malgré la polysémie dont il est l’objet, territoire à partir et autour duquel nous mobiliserons une littérature, utiliserons des concepts, produirons peut-être des connaissances théoriques pour saisir ce type d’expérience en tant que lieu média. Un lieu média au sein duquel se sont jouées des interactions. Un lieu entendu comme un dispositif social, un espace de rencontre.

De quoi cet espace social éphémère est-il le signe placé entre enjeux politiques et culture d’innovation participative ? Quels récits porte-t-il et en quoi ces récits peuvent-ils nous renseigner sur des notions, souvent mobilisées dans les environnements collectifs, politiques ou culturels, telles que « coopération », « état d’esprit », « engagement », « humanisme », « numérique », « codage », etc… Notre objet de recherche se situe donc au carrefour de différentes disciplines des sciences humaines et sociales.

Engagement épistémologique et motivations personnelles

Considérant que les sciences de l’information et de la communication ne sont pas définies par l’objet qu’elles étudient – pas plus d’ailleurs qu’elles n’en reçoivent leur originalité – mais par leur manière de constituer l’objet en articulant des problématiques pour reprendre en substance le propos de Bruno Ollivier[1] (que rapporte Jean Davallon[2] dans un article construit autour de l’objet des SIC), et qui prête crédit à l’idée que c’est notre façon de voir qui crée l’objet, en quoi cette expérience qui porte en elle toutes sortes de dynamiques (informationnelles et communicationnelles, structurelles, sémiotiques, sémantiques, anthropologiques, etc…), constitue un lieu multi-scalaire, au sein et à l’extérieur duquel chaque élément qui le construit participe tout autant à l’émergence qu’à la croissance du milieu dans lequel il existe ou consiste.

Une des approches que nous entendons privilégier ici pour engager ce travail de recherche est celle de la théorie dite ancrée où pour reprendre ce qu’en dit Pierre Paillé[3], une recherche qui consiste à dégager le sens d’un événement, …afin de lier dans un schéma explicatif divers éléments d’une situation, pour renouveler la compréhension d’un phénomène en le mettant différemment en lumière… Il s’agit de fait de construire une ou des théories, non pas à partir d’hypothèses prédéterminées, mais à partir d’informations ou de données de terrain ou de situations de terrain. Cette recherche inductive s’oppose donc aux méthodes hypothético-déductives en soulignant le caractère singulier du terrain, du récit qu’il produit sur lui-même, ses points d’équilibre ou de déséquilibre, son architecture ou son mouvement. En continu, le chercheur doit donc confronter l’état de son analyse aux données qu’il recueille et, en fonction des réflexions que lui suggère cette comparaison, infléchir le recueil de nouvelles données.

Quelques mots aussi sur les raisons pour lesquelles, notre parcours personnel vient éclairer cet engagement de recherche.

Formé au théâtre, au travail gestuel et à la mise en scène, à la réalisation vidéographique, à la scénographie d’exposition et à leurs environnements technologiques, cette triple expérience artistique s’est développée dans ses interfaces : un travail sur ce qui fait se rencontrer ces disciplines, les langages qui y sont développés, les conventions par lesquelles les acteurs engagés dans ces environnements s’inscrivent ou stabilisent leur position, bref un travail sur les zones de frottements artistiques et techniques, culturels et sociaux.

Formé à la sociologie en particulier celle de l’expertise[4], et au travail social, porteur également d’une expérience d’éducation populaire et culturelle, nous avons soutenu l’idée que la transformation sociale passait aussi par des dynamiques créatives construites, produites et distribuées en commun (non sans préciser les responsabilités de chacun dans l’architecture et l’articulation nécessaire à l’émergence d’une œuvre). Nous faisions nôtre l’idée que l’œuvre devait-être moins considérée comme un produit fini que comme un processus contingent, incertain, jamais acquis, un acte de création qui dessine des espaces de convivialité et de plaisir partagé. Poser comme axe central de réflexion le rapport entre travail artistique et éducation populaire nous permettait de rappeler la nécessité de prendre en compte le facteur humain et vivant dans l’acte de créer mais aussi œuvrer afin que les dispositions pour l’expression créative soient accessibles à tous.

L’ampleur des transformations technologiques résultant de l’arrivée de l’ordinateur, de l’Internet puis des usages multiples des outils mobiles et connectés ont accéléré les transformations dans les pratiques artistiques et conduit à problématiser ce surgissement de l’information numérisée à travers un ensemble assez vaste de questions : comment interpréter et rendre sensible ces frottements entre réel et virtuel, comment comprendre les notions de temporalité et d’espace partagés, comment analyser ces nouveaux environnements socio-culturels délocalisés et délocalisant de la même façon les expressions, comment interpréter les soubassements idéologiques de cette révolution, comment mesurer les échelles qui précipitent les perceptions simultanées du local et du global ? Si le développement des outils numériques a favorisé un nouvel investissement dans les pratiques culturelles autour de l’idée d’échanges ouverts de pair à pair, ces dernières le doivent aussi à l’acceptation quasi spontanée d’une mise en commun des modalités de coopération, au partage des ressources et à l’émergence d’un « devenir auteur[5] », comme nouvelle condition à l’expression. Cette révolution des façons de penser au façons de faire n’est pas anodine : elle fait état d’une porosité des frontières entre tous ceux qui entrent dans la fabrication des contenus quels qu’ils soient, un entre-deux à déchiffrer.

Une recherche dans des environnements croisés

Cette expérience d’intermédiation et d’idéation que nous entendons étudier, comme lieu et support, objet et sujet, traces et récits prend place au sein de quelques paysages métaphoriques et réels. Des paysages concrets et imaginaires qui, chacun pour ce qu’ils sont, fabriquent un ou plusieurs environnements dont nous développerons, ci-après, en quelques lignes les interactions et le rapport que nous entretenons avec eux.

Comme en écho libre à marcher avec les dragons de Tim Ingold[6], mais aussi à où atterrir ? comment s’orienter en politique de Bruno Latour[7], ou encore à et si… on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? de Rob Hopkins[8], trois paysages donc, plus ou moins distants, plus ou moins imbriqués les uns dans les autres, encadrent notre vision du monde sinon gouvernent nos attitudes, nos comportements et nos représentations.  

Il y a le premier paysage des crises aux climats contrastés qui évoque les déséquilibres environnementaux et la gestion passive ou agressive des ressources, les conflits de territoire et de propriété, les partages non équitables, l’idéologie capitaliste et ses reconfigurations régulières.

Plus proche de nous il y a le second paysage, celui des agencements et des aménagements, celui des localités, des échelles et des perspectives, des formes multiples de gouvernement et de souveraineté, les rigidités pyramidales et les transversalités, l’espace des règles et des lois, des échanges et des services, celui qui dessine nos périmètres politiques, physiques ou symboliques.

Enfin, il y a le troisième paysage, celui des révolutions technologiques et de ses artefacts, celui qui voile ou dévoile la fabrication des artifices, le paysage des automatisations massives, du contrôle des flux de données entre les choses et les êtres, l’hypertrophie des usages individuels numériques du monde, les disqualifications et complotismes de toutes natures, le risque de la fin des délibérations collectives et démocratiques.

Sans doute existe-t-il d’autres paysages plus petits, plus discrets, souterrains même ou simplement moins visibles, comme les attracteurs poétiques, les communs, les relations privées, les spiritualités, les histoires au coin du feu, les apprentissages ou les autres manières d’être. Nos espaces vitaux.

Ces paysages nous composent et composent le monde. Parce que nous les traversons en long, en large et en travers tous les jours pour faire ce que nous avons à faire, nous vivons sous leur influence permanente, commune, matérielle, psychique et symbolique. Parfois, nous pensons pouvoir nous affranchir de leur empreinte, être en dehors d’eux en quelque sorte, comme si nous pouvions être absents au monde, mais il n’en est rien. Nous faisons partie de leur développement autant que de leur enveloppement. Ils nous construisent comme nous les construisons au point que nous les avons laissés se développer pour s’ouvrir et s’élargir jusqu’à occuper une place considérable dans l’espace de nos corps et de nos consciences, déborder l’univers de nos savoirs et de nos imaginaires et même de nos utopies.

Nous sommes des êtres paysages.

Influences paradigmatiques

Force est de constater que, dans la grande majorité des cas, la puissante influence de ces paysages sur nos vies précipite et organise par les mots, la langue ou les usages, une manière de penser parfois simpliste et souvent linéaire. Par exemple, pour comprendre comment nous orienter ou simplement circuler dans ces paysages, pour nous rendre d’un point A à un point C en passant par B, nous prenons le pli de faire le chemin de manière rectiligne, guidé par toutes sortes de recommandations et d’applications de géolocalisation ou d’impératifs rationnels afin d’être le plus performant possible en termes de ratios coûts/dépenses énergétiques divers. Conséquences : nous court-circuitons inconsciemment la potentialité d’émerveillement qui pourrait naître de détours imprévus ou d’éventuelles investigations que nous offrirait l’espace de nos digressions ; nous élaguons nos méthodes, nous simplifions la recherche d’autres itinéraires et finalement nous nous satisfaisons ou nous nous conformons aux résultats obtenus pour répondre ainsi aux injonctions d’efficacité et de sécurité que la doxa ambiante commande.

L’attraction que ces paysages produisent sur nos façons de voir et d’être est considérable. D’ailleurs, nous ne pouvons nous y soustraire sauf à imaginer de nouveaux paradigmes pour nous permettre d’y cheminer sans danger, les interpréter sinon les comprendre. Mais pour cela, il nous faut décaler nos points de vue, décrire, produire et vérifier des hypothèses, de façon provisoire certes, mais à partir de données relatives à ce que ces paysages nous disent.

S’équiper pour traverser le monde

Régulièrement, nous tentons de nous saisir de longues vues, de loupes ou de carnets de croquis, de méthodes et de mots, de voyages organisés ou non pour explorer, dresser des cartes, analyser et comprendre ces paysages qui nous constituent et influencent nos manières d’être, nos façons de vivre, nos engagements. Les panoramas que nous érigeons ou que nous nous inventons pour mieux les observer ou même les interpréter, n’offrent qu’une vue partielle sur ce qui les fait croître car nous sommes tout à la fois producteurs, observateurs et observés. Leur transformation lente ou rapide, leur géomorphologie, tout comme leur recomposition technique et donc culturelle ne connait aucune pause et, nous constatons, malgré tout, que leur imbrication n’est pas obligatoirement synonyme d’auto régulation ou d’équilibre. En fonction de notre éloignement ou de notre proximité à l’un ou l’autre de ces environnements, c’est le paysage des crises environnementales et économiques qui domine un temps notre espace visible. À un autre moment, c’est celui des ordonnancements et des coopérations, ou parfois encore celui des révolutions technologiques et industrielles dont le pouvoir d’attraction sera alors plus grand. Parfois un paysage en cache un autre ou parfois même deux environnements donnent l’illusion de n’en former qu’un seul.

Et cependant, pour toutes sortes de raisons que nous devrons analyser, nous pensons que si nous décidons de traverser ces paysages, les observer pour entendre et contribuer à ce que nous pourrions en apprendre, il nous faut passer outre ces injonctions à l’efficacité et à la simplification (qui s’imposent ou que nous nous imposons), combattre le poids des a priori, des croyances et des préjugés, pour participer et peut-être (re)dessiner l’espace et les liens qui nous unissent, éprouver nos relations avec ces milieux, les redistribuer pour les réinvestir, bref les occuper pour les (re)partager en quelque sorte. Pour cela, il faut s’équiper.

Le territoire du local

Plusieurs conditions semblent devoir être probablement réunies et d’abord cerner plus précisément ce que nous souhaitons identifier comme champ d’investigation : en d’autres termes, quel est notre « territoire du local » ? Nous l’avons évoqué plus haut. Il s’agit, d’un territoire situé à l’intersection des trois paysages que nous avons décrits, un territoire qui a disparu aujourd’hui et dont il ne reste que quelques traces et quelques dizaines de témoins qui peuvent peut-être en parler encore. Un lieu sans lieu. Mais un lieu qui parle et dont on peut parler. Une des difficultés consiste donc à le nommer correctement : lieu média, territoire du local, expérience d’intermédiation, etc…

Pour le moment, le territoire de notre local est identifié sous le vocable « ateliers des possibles ». Des ateliers dont nous préciserons plus loin, à partir des informations partielles dont nous disposons, ce à quoi ils ont servi, ce qui les a constitués, ce qu’ils ont développé. Nous observerons ce territoire du local pour ce qu’il est, à partir de ce qu’il produit et pour ce qu’il porte en lui comme promesse ou capacité. Si notre approche consiste à mesurer la complexité des intrications qui le structurent, elle a surtout pour intérêt de révéler l’interdépendance et le commun des espèces -nous compris- qui y vivent ou qui y avons vécu. Notre travail devrait contribuer alors à éclairer ce que ceux qui y ont vécu en disent mais aussi le rapport que nous entretenons avec ces récits ; quelles potentialités et opportunités ces divers enchevêtrements dissimulent.  

Méthodes et repérages

Pour conduire ce travail, nous avons besoin d’une méthode d’investigation qui pourrait, sans doute, s’apparenter à un travail de recherche archéologique par le repérage des objets matériels produits, l’identification des techniques mises en œuvre et bien d’autres conditions encore. Mais la part toujours « vivante et politique » de ce territoire du local nous oblige à ce que nous poussions vers d’autres modalités. C’est la raison pour laquelle, nous souhaitons nous s’inscrire dans un courant épistémologique qui, en sciences sociales, relève de la théorie dite « ancrée ». Une théorie mise en avant en 1967 par B. Glaser et A. Strauss[9], puis reprise et enrichie par les deux auteurs, séparément ou en collaboration et dont nous avons évoqué plus haut les premiers principes.

Nous l’avons évoqué au début de cet avant-propos, ici, le territoire du local consiste en une expérience d’intermédiation, développée entre 2014 et 2018 autour de l’interprétation des enjeux culturels, humanistes et politiques d’un numérique envahissant, expérience qui s’est installée et développée dans le cadre d’une mission intitulée « nouvelles intelligences des territoires », et placée de manière paradoxale en marge et au sein de l’institution politique et administrative de la Métropole du Grand Nancy.

C’est donc dans ce contexte général d’enchevêtrements et d’influence que se construit notre espace de recherche. Un espace dont il convient de préciser maintenant ce sur quoi il repose et en premier lieu définir son périmètre physique. Lorsque nous parlons de ce territoire, nous l’envisageons, nous l’avons dit, comme un local ancré dans ces paysages, leurs impératifs et leurs accommodements localisés. Ce territoire du local est un territoire situé géographiquement, temporellement et culturellement. Cela sous-entend aussi qu’il porte en lui les traces et les récits de ses transformations successives. En observant, non plus son seul périmètre géographique, mais ses dynamiques internes – par exemple la mémoire, ou l’activité hybride et créatrice qui pourrait le singulariser, ou encore la place faite à ceux qui l’animent, l’administrent et le projettent- nous tenterons de cerner ce que ce territoire du local nous dit de ses aventures singulières et collectives, des relations qu’il tisse et qui ne cessent de se reproduire dans le temps. En une phrase : des généalogies et des milieux dans lesquelles il prend corps.

Plus précisément, ce que nous souhaitons décrypter et analyser consiste à envisager cette expérience – ce territoire du local- comme un entre-deux propice aux cheminements intellectuels et créatifs, politiques et coopératifs et qui pourrait s’entendre comme un espace singulier, un lieu ou un lien, un flux, une tension, une interface ou un support, un objet et un sujet de recherche. Pour étudier ses différentes couches imbriquées et ses enchevêtrements, nous observerons que le décloisonnement de la distribution classique de la production de la société qui suivrait un schéma opposant l’individu comme produit de la société et, inversement, la société comme produit des actions individuelles mériterait cependant d’être discuté également à partir de cette perspective : un entre-deux fluide, flexible, auto-organisé à partir de réalités dynamiques dépendantes des organisations et des acteurs dans lesquelles elles s’inscrivent et s’expriment. On rejoindra en ce sens les travaux de J. Foucart[10] que nous développerons plus loin dans nos recherches.

Notre espace de recherche se construit aussi dans un cadre temporel précis, nous l’avons dit. Une fois encore, les dates résonnent : 1914-1918 / 2014-2018, cent ans après la Grande Guerre, dont les stigmates moraux et culturels font toujours écho aux réalités et représentations d’une région marquée par des conflits mutilants, la question de l’humanisme semble être vécue, ici, de manière sensible tout au long du siècle ou en tous cas comme catégorie d’analyse stimulante pour l’histoire intellectuelle. Elle l’est également et concrètement à travers des mouvements artistiques dont il nous appartiendra d’évoquer les démarches d’hybridation comme par exemple – l’École de Nancy et la figure d’un Émile Gallé, mais aussi dans la pensée, les expressions, les proclamations sinon les affirmations portées par quantité d’acteurs politiques, culturels, scientifiques ou entrepreneuriaux, discours savants ou profanes que nous chercherons à identifier et qui peuvent agir comme des révélateurs d’une culture locale revendiquée.

Nous chercherons à cerner et à analyser ces enjeux culturels du numérique qui traversent cette expérience d’intermédiation. Nous pourrons vérifier ou pas, au regard des indices rassemblés, que c’est à partir d’une relecture du passé du territoire nancéien autour de la figure idéalisé d’un accompli coopératif -l’École de Nancy-, mais peut-être aussi à partir de surgissements culturels et créatifs dont nous reparlerons plus loin, qu’un écosystème fragile d’acteurs agrégeant une diversité de pratiques, d’expériences et de cultures différentes, s’engage et s’investit dans cette expérience d’intermédiation sous la forme d’une intention coopérative autour de la recherche de sens, expérience qui pourra, peut-être, une fois décodée, être portée au crédit des connaissances à partager.

De même, c’est à partir d’une relecture attentive de la philosophie des cultures numériques et par des méthodes agiles que nous tenterons d’observer si oui ou non une acceptation de l’incertitude et de la prise de risques peuvent ouvrir un imaginaire mutualisable sur ce sujet des enjeux humanistes et politiques dans la construction et l’interprétation du fait numérique et son corollaire démocratique. Nous chercherons à comprendre si c’est à partir de ces dynamiques associées que la collectivité territoriale, qui est organiquement liée à cette expérience, va se trouver engagée à la redéfinition de son modèle de coopération et de son récit ou si ça n’est pas le cas.

Face aux nombreux constats que nous ferons de l’accélération à l’injonction à tout « numériser » au nom de l’efficience collective, de la montée des individualismes et du désir illimité d’accéder à tout, tout de suite, sans distance critique, ce que Barber[11] a pointé comme glissement quasi inéluctable de la posture de citoyen à celle de consommateur dans les affaires locales, entretenu et structuré par un marketing agressif, nous nous poserons la question de savoir comment, ceux qui sont en charge de l’intérêt général -l’État et les collectivités territoriales- peuvent soutenir les conditions d’une démocratie locale renouvelée au regard des enjeux de sens que le numérique porte.

La superposition des paysages qui occupent nos horizons et nos réalités influe et oblige les responsables locaux à multiplier les modalités par lesquelles leurs actions doivent être expliquées pour être comprises et partagées et en particulier celles qui relèvent du numérique puisque c’est bien autour de l’interprétation des enjeux du numérique que cette expérience s’est organisée.

Deux conceptions occupent alors le plus souvent la perspective de l’action politique sur ce sujet :

  • Soit c’est l’idée qu’il faut agir, prioritairement, pour permettre l’inclusion numérique, et pour cela il faut lutter contre le « décrochage numérique » (culturel, économique ou technique). Le travail d’inclusion se concentre essentiellement autour du développement des apprentissages aux usages techniques : comment se servir des outils ? Comment dialoguer avec les plateformes ? Comment utiliser les applications ? Comment coder ? Dans ce cas, la gestion de l’usage domine la réflexion sur les raisons et le sens de ces transformations sociétales.

Ou alors, autre vision :

  • Il faut développer les solutions technologiques les plus automatisées possibles pour garantir l’accessibilité aux services et aux biens d’un territoire, favoriser l’exercice démocratique par toutes sortes de protocoles et d’artifices technologiques. L’exemple de la « smart city » ou de la démocratie augmentée[12] est révélatrice. Dans ce cas, c’est l’idée d’un solutionnisme technologique[13] qui s’imposerait comme réponse aux crises multiples.

Sur les attendus que nous avons soulignés préalablement, la Métropole du Grand Nancy semble encourager, à travers cette expérience d’intermédiation, une autre perspective des enjeux du numérique : peut-être ou sans doute, mais il nous reviendra de le vérifier, défend-elle une vision relative à un humanisme universaliste issu des Lumières. Ou alors, peut-être ouvre-t-elle à une autre conception indirectement reliée aux projets des pionniers du numérique qui invitaient à une nouvelle organisation du monde en nous saisissant des travaux de F. Turner[14] ? Ou peut-être encore à un quelque chose dont ne pouvons parler ici et maintenant. Notre recherche portera sur ce rapport revendiqué à un nouvel état civilisationnel, pour reprendre le concept de Milad Doueihi[15], en rattachant ce questionnement à l’histoire et à la culture de ce territoire.

Peut-être, en faisant émerger la vision d’un humanisme numérique transformateur, la collectivité cherche-t-elle à rééquilibrer son investissement politique sous des formes innovantes de socialisation ? Cherchant à soutenir des coopérations vertueuses pour anticiper et décider du devenir local face aux contraintes multiples que nous avons évoquées, le soutien apporté aux ateliers des possibles apparait comme une alternative culturelle à la toute-puissance d’un techno déterminisme présenté comme unique dessein.[16]

Dans le cadre de cette recherche doctorale, nous chercherons à analyser et répondre, au fond, à une question assez simple sinon simpliste : en quoi ce lieu média, ces ateliers des possibles, aménagent-ils de nouveaux espaces dans les paysages évoqués plus haut, des voies entretenues, engageantes et surprenantes qui permettraient de nouvelles réorganisations humaines collectives, de nouvelles capacités pour dessiner d’autres territoires du local, reliés, à rebours d’une culture de l’a priori, du contrôle, de la prédictibilité ou de la performance ? Peut-on y repérer des chemins de traverse ouvrant à d’autres aptitudes, habiletés, bidouillages ou qualités que celles qui s’imposent à nos esprits et à nos croyances quelles qu’elles soient, enfermant par faiblesse ou par paresse toutes velléités d’imaginer différement ?


[1] Bruno Ollivier., Enjeux de l’interdiscipline, L’Année sociologique, vol. 51, n° 2, 2001, p. 337-354.

[2] Davallon Jean., Objet concret, objet scientifique, objet de recherche, Revue Hermès, n°38, 2004

[3] Paillé Pierre., L’analyse par théorisation ancrée. Cahiers de recherche sociologique, (23), 147–181, 1994.

[4] Avec Jean-Yves Trepos, au sein du laboratoire de l’ERASE, université de lorraine, 1995

[5] Pour reprendre le mot d’Emmanuel Vergès, co-directeur de l’observatoire des politiques culturelles-Grenoble

[6] Ingold Tim., Marcher avec les dragons, Éditions Points, Paris, 2018

[7] Latour Bruno., Où atterrir ? comment s’orienter en politique, Éditions La Découverte, Paris, 2017

[8] Hopkins Rob., Et si… on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? Éditions Acte Sud, Paris, 2020

[9] Glaser Barney, Strauss Anselm., The Discovery of Grounded Theory, Chicago, Aldine Publishing, 1967

[10] Foucart, Jean., Fluidité sociale et conceptualisations de l’entre-deux. Systèmes semi-chaotiques, réseaux et transactions sociales, Aix-en-Provence, Éditions Persée, Coll. « L’arbre du savoir », (2016)

[11] Barber, Benjamin R., Comment le capitalisme nous infantilise, Éditions Fayard, collection Documents, 2007

[12] Mabi, Clément, Theviot, Anaïs., Présentation du dossier. S’engager sur Internet. Mobilisations et pratiques politiques, Politiques de communication, vol. 3, no. 2, pp. 5-24. 2014.

[13] Morozov, Evgueny., La reconquête des données passera par les villes, article, Le Monde Diplomatique, 23 août 2018

[14] Turner Fred, Aux sources de l’utopie numérique, C&F Éditions, 2012

[15] Doueihi Milad., La grande conversion numérique, Éditions du Seuil, La librairie du XXIème siècle, 2008

[16] Sur ce sujet “Une plateforme d’intermédiation entre Territoires, Communautés et TIC”, Entretien avec Philippe Brzezanski et propos recueillis par Lisa Pignot, dans L’Observatoire 2010/2 (N° 37), pages 59 à 62

Catégories
contributions

Le principe d’incertitude comme force motrice dans la production d’un récit métropolitain

En octobre 2013, faisant suite d’une longue séquence de célébrations autour du centenaire de l’école de Nancy, du Siècle des lumières, puis de la Renaissance, la communauté urbaine du Grand Nancy – qui allait devenir métropole – attentive aux croisements arts, sciences et industries, fait inscrire à son organigramme une mission intitulée Nouvelles intelligences des territoires. Cette mission, dont la direction m’avait été confiée à l’époque, est chargée d’analyser les transformations technologiques à l’œuvre. Elle va se structurer autour d’une question : comment encourager la collectivité à soutenir des formes d’appropriation sociale et culturelle du numérique hors d’une vision technologisante de l’action publique ?

(Vous trouverez la suite de cet article qui vient de paraître dans l’Observatoire, la revue des politiques culturelles n° 58, été 2021, sur thème ” L ‘art d’humaniser la civilisation numérique” ou encore sur Cairn.info, les articles de la revue étant diffusés et proposés à la vente sur Cairn.info. )

Catégories
contributions

Premiers éléments de recherche

Introduction

Nombreuses sont les études et publications qui abordent le thème de la participation citoyenne et de l’innovation. Qu’il s’agisse de relations entre économie et territoire (Laperche, Uzunidis, 2011) ou de protocoles visant à optimiser la gestion locale, d’ingénierie ou d’intelligence territoriale, de démocratie participative augmentée électroniquement (Mabi, Theviot, 2014) ou de ville intelligente, la participation tout comme l’innovation territoriale[1] est un enjeu et une ambition récurrente des politiques publiques[2]. La participation et la délibération semblent être devenues des « impératifs » des politiques publiques, en particulier urbaines (Blondiaux 2008 et Sintomer, 2002). L’innovation territoriale et publique constituerait la solution dans de nombreux cas pour la préservation du modèle social, le bien-être des citoyens et l’amélioration du niveau de vie[3], mais aussi pour la compétitivité et la survie des entreprises[4] et des administrations (Albertini, 2007). Les discours sur l’innovation ou la participation ont partie liée, dans ce cadre, avec le territoire et les cultures numériques.

D’ailleurs cette notion de territoire mobilise, elle aussi, plusieurs définitions, analyses et représentations aussi bien géographiques, anthropologique, juridiques, urbanistiques que sociales (Supiot, 2008, Paquot, 2011). Elle est indissociable de l’idée de gouvernance qui semble prise en tenaille entre globalisation et localisation (Courmont, Le Galès, 2019). Il en va de même de la transition numérique de ses usages et représentations qui lui sont attachés en ce qu’elle modifie profondément le lien social et culturel, la confiance démocratique, l’idée même d’espace jusqu’aux notions d’identités collectives et individuelles ou de croyances (Doueihi, 2013). Portées par les industries numériques dominantes, le calcul et l’optimisation par les données remplaçant les processus de sens et de jugement (Rouvroy, Berns, 2013), la politique et, d’une certaine façon, la cité tend à devenir un espace de pure spéculation et non plus un territoire de négociation. Chaque activité, chaque projet, chaque décision se trouve transformée subrepticement en quantité mesurable engageant tout un chacun dans une boucle spéculative où la croyance en des images chiffrées se substitue progressivement aux réalités que ces images sont censées représenter (Supiot, 2008).

Ces rapports entre innovation, territoire et enjeu démocratique peuvent-ils s’exprimer par des stratégies plus subtiles où la citoyenneté se mêlerait de manière bien plus intime à de nouveaux lieux de fabrication de connaissances afin de produire des récits inédits loin du formalisme participatif et des dispositifs d’automatisation ou plus simplement des démarches d’ingénierie territoriale ?

C’est ce que notre thèse cherche à repérer dans un contexte de politiques publiques qui semblent porter cette injonction à la nouveauté comme condition à la résolution des crises.

Pour cela nous nous proposons d’analyser les modalités et les processus par lesquels une expérience collective locale, -les ateliers des possibles comme atelier d’idéation-, située au sein de la Métropole du Grand Nancy, construite initialement autour de l’interprétation des enjeux du numérique hors d’une vision technologisante de l’action publique, constituée et animée à partir de savoirs et de pratiques artistiques, scientifiques et entrepreneuriales multiples et mêlées, pourrait constituer un système transformateur apte à tisser les liens d’une autre sociabilité culturelle et politique à l’échelle locale.

Nous souhaitons à travers cette recherche interroger la façon dont les connaissances sont construites et produites dans ce type d’expérience en particulier lorsqu’elles semblent se nouer autour d’expériences créatives en mobilisant des stratégies relationnelles telles que l’intuition, le bricolage ou l’improvisation pour révéler un nouvel état d’esprit local et offrir de nouvelles capacités d’action collective (Ingold, 2013, Tsing, 2017).

Et dans ce cadre, une question s’impose : les liens entre atelier d’idéation, démocratie et territoire, sont-ils des éléments susceptibles d’engager de nouvelles approches de la participation et de l’innovation territoriale ?

Bibliographie

Albertini, Jean-Benoît., Un exemple de réforme administrative « silencieuse » : l’accompagnement des pôles de compétitivité. Revue française d’administration publique 2007/4 (n° 124), pages 673 à 681

Blondiaux, Loïc., Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Seuil, coll. « La république des idées », 2008

Blondiaux Loïc, Sintomer Yves. L’impératif délibératif. In Politix, vol. 15, n°57, Premier trimestre 2002. Démocratie et délibération, sous la direction de Loïc Blondiaux et Yves Sintomer. pp. 17-35.

Courmont, Antoine, Le Galès, Patrick., Gouverner la ville numérique, Presses Universitaires de France, 2019

Doueihi, Milad., Qu’est-ce que le numérique ? Presses Universitaires de France, 2013

Ingold, Tim., Marcher avec les dragons, Zones sensibles éditions, 2013

Laperche, Blandine, et Dimitri Uzunidis, Crise, innovation et renouveau des territoires : dépendance de sentier et trajectoires d’évolution, Innovations, vol. 35, no. 2, 2011, pp. 159-182.

Mabi, Clément, Theviot, Anaïs., Présentation du dossier. S’engager sur Internet. Mobilisations et pratiques politiques, Politiques de communication, vol. 3, no. 2, pp. 5-24. 2014.

Paquot, Thierry., Qu’est-ce qu’un « territoire » ? Vie sociale 2011/2 (N° 2), pages 23 à 32

Rouvroy, Antoinette et Berns, Thomas., Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation. Le disparate comme condition d’individuation par la relation ? Réseaux, vol. 177, no. 1, 2013, pp. 163-196.

Supiot, Alain., L’inscription territoriale des Lois, Esprit, vol. novembre, no. 11, 2008, pp. 151-170.

Supiot, Alain., La gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014) Fayard, 2015, 512 p, Revue Projet, vol. 349, no. 6, 2015, pp. 90-91.

Tsing Lowenhaupt, Anna., Le champignon de la fin du monde, Éditions La Découverte, 2017


[1] L’innovation au pouvoir : pour une action publique réinventée au service des territoires : Rapport d’Akim Oural au secrétariat général de modernisation de l’action publique, 2015 https://www.modernisation.gouv.fr/sites/default/files/fichiers-attaches/innovation_territoriale-rapport-2015-04.pdf

[2] Programme gouvernemental « territoires d’innovation » septembre 2019 https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2019/09/dossier_de_presse_-_territoires_dinnovation_-_13.09.2019.pdf

[3] Jean-Yves Le Déaut, Bruno Sido, Le principe d’innovation, rapport au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques, compte rendu de l’audition publique du 5 juin 2014 et de la présentation des conclusions les 4 et 26 novembre 2014, Assemblée nationale, Sénat, 27 novembre 2014.

[4] Le Boston Consulting Group (BCG) relève que 75% des entreprises interrogées mettent l’innovation dans leurs trois premières priorités (Andrew Taylor, Kim Wagner, Rethinking Your Innovation System, The Boston Consulting Group, 2014)

Catégories
contributions

Carnet d’orientations

Ce carnet a pour objet de partager mon travail de recherche dans le cadre de ma thèse et plus largement mes activités situées à la croisée de la culture et de l’art, des sciences de l’information et de la communication numérique, des sciences humaines et sociales. Il a aussi pour objet d’être une ressource en ligne et un lieu d’archives.
Il s’adresse plus particulièrement à la communauté des chercheurs mais aussi aux communautés professionnelles attentives aux rapports sensibles entre territoire, numérique et créativité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search